Aller au contenu principal

L’étude MyPebs : vers une nouvelle stratégie de dépistage du cancer du sein ?

L’étude MyPebs : vers une nouvelle stratégie de dépistage du cancer du sein ?

Le mois d’octobre 2019 coïncide avec le démarrage en Belgique, de l’étude européenne MyPeBS (My Personal Breast Cancer Screening). L’objectif ? Evaluer une nouvelle stratégie de dépistage du cancer du sein, basée sur le risque individuel de chaque femme. L’Institut Jules Bordet coordonne les partenaires de cette étude en Belgique, soit quelques 10 centres hospitaliers dans les 3 régions du pays. A plus grande échelle, My PeBS associe 26 partenaires internationaux et se déroule dans 5 pays (Belgique, France, Italie, Royaume-Uni et Israël).

MyPebs

Les limites du dépistage actuel
Aujourd’hui, le programme de dépistage du cancer du sein organisé propose le même dépistage à toutes les femmes de 50 à 69 ans en ne tenant compte que d’un seul facteur de risque : leur âge. Or, le risque de cancer varie d’une femme à l’autre en fonction d’autres facteurs: histoire familiale, antécédents personnels, style de vie, constitution génétique. Bien que le dépistage soit efficace (moins de traitements lourds, moins de mortalité), il comporte des inconvénients: le surdiagnostic (le fait de trouver et de traiter des lésions qui n’auraient pas posé problème, soit 1 à 2 lésions sur 10 détectées), les cancers d’intervalle (des cancers qui n’ont pas été détectés par le dépistage, soit  ¼ des cancers) et enfin, les faux positifs (les femmes sont rappelées pour des examens supplémentaires qui ne révèlent pas de cancer, soit 2 à 10% des femmes dépistées).

MyPeBS, vers un dépistage du cancer du sein personnalisé
Aujourd’hui, nous disposons d’outils validés pour évaluer le risque individuel, d’une manière standardisée, fiable et reproductible. Dans cette optique, MyPeBS (My Personal Breast Cancer Screening) est la première étude clinique européenne randomisée qui vise à évaluer les bénéfices d’un dépistage personnalisé dont la fréquence et les modalités seront adaptées au risque individuel de chaque femme. Cette nouvelle stratégie de dépistage tenant compte du niveau de risque individuel vise à augmenter l’efficacité du dépistage organisé, tout en diminuant ses inconvénients. Ce projet unique et ambitieux est coordonné sur le plan international par Unicancer (France). Il réunit 26 partenaires internationaux et se déroule dans 5 pays (Belgique, France, Italie, Royaume-Uni et Israël). En Belgique, une dizaine de centres de dépistage, principalement hospitaliers, sont engagés dans ce projet, dans les 3 régions du pays et coordonnés par le Clinique de Prévention et de Dépistage de l’Institut Bordet.

Concrètement, l’étude est ouverte aux femmes volontaires à partir du lundi 4 novembre !
Les résultats de cette étude, qui devrait durer 7 ans, permettront de proposer des recommandations européennes pour améliorer le dépistage organisé. Pour l’ensemble de l’étude menée dans les 5 pays « recruteurs », 85 000 femmes volontaires âgées de 40 à 70 ans et n’ayant jamais eu de cancer du sein, sont appelées à participer. En Belgique, 10 000 femmes volontaires sont attendues.

  • Pour plus de renseignements concernant cette étude, visitez www.mypebs.eu et visionnez la vidéo ci-dessous.
  • Si vous désirez participer à l'étude :
    • Contactez le Call Center de la Fondation contre le Cancer : 0800 15 801 
    • Lisez le document de consentement informé ici

VIDEO : Présentation de l’étude MyPeBS en images 

Ce projet est financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne dans le cadre de la convention de subvention n° 755394. En Belgique, il bénéficie également de l’appui de la Fondation Contre le Cancer.